Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour '

  • : les z'élucubrations de la Brigade Geffroy
  • : Retrouve nos commentaires décalés mais sérieux sur les évènements du grand almanach, ... et un peu des nôtres, aussi.
  • Contact
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 22:35

A l’aube, à l’heure où blanchit la campagne je partirai, qu’y disait Totor. Totor c’est Victor Hugo, pour les incultes, l’écriveur !

Alors moi, ce matin après que la fine pluie ait brumisé la contrée provençale, je suis parti. Parti travailler, bien sûr, … il en faut !

La douceur matinale conjuguée aux senteurs de l’humidité automnale de cette mi-août titillaient mes narines. Le ciel s'éclaircissait et, … et alors je décide malgré tout un départ en moto ! Pas de quoi m'impressionner ce ciel, ça va, il a déjà plu. Les prévisions météo seront encore en carafe, comme d’hab’. J’ai quand même pris mon blouson –de moto- et mis mon pantalon -de pluie-, au cas où. Bien m'en a pris.

La sortie de la cité phocéenne se fait sans encombres météorologique et encore moins routière, rien de plus normal puisque tous les attardés du volant sont en vacances.

Mais arrivé à L'Estaque, L'Estaque-L'Estaque-2 minutes d’arrêt, quelques gouttes d'un autre monde me tombent dessus ! Puis plus nombreuses. Puis c’était plus des gouttes ! Mais qu'avais-je donc fait pour mériter un tel lavage-essorage ? Soudain je ressentis de la fraîcheur sur mon torse, jusque-là insensible, à l'intérieur même de mon blouson mais comme il est étanche, je pense plus à cette pression atmosphérique qui me procure cette drôle de sensation de fraicheur. Le tunnel n'était plus loin et une envie folle de me mettre à l'abri me rassure presque ! Parce que je suis le seul marseillais à ne pas prendre l’autoroute pour aller bosser sur le site déporté. Je roule moins vite, je mets autant de temps, j’économise de l’essence, c’est moins monotone et la route est agréable ! Qu’est-ce tu ferais toi ?

Ça y est, il est en approche. Mais ? Mais ? Mais avec les travaux, le Tunnel du Resquiadou est absolument inabritable !!! Tant pis, mon intrépidité me commande alors de poursuivre le trajet pour vite venir me mettre à l'abri au boulot ! Trop bon, encore 10 bornes. Pas encore arrivé au Rove qu'un mur d'eau (le même que celui de Cecil B. DeMille dans les 10 Commandements) s’abattit la route la route à mon passage ! Il m'a pris pour Moïse ou quoi lui là-haut !?

Je traversai les chutes Victoria ! Bientôt y a des poissons qui vont tomber ! Vision maximale à 20m ! Tu crois que si je grille le feu, le radar me flashera ? En fait le nuage me suis. Il vient au boulot !! Comme dans un film catastrophe, quand tu vois le mec être poursuivi par la tempête. Et bien c'était moi !

Je béquille en hâte et cavale jusqu’au sas d’entrée. Toujours casqué, même à l’intérieur l’eau coule toujours sur moi. Je serre les poings dans mes gants et comme une éponge qu’on presse, un rejet d’eau s’écoule ! Trempé comme une soupe, mais qu'en haut. C’est simple, on aurait dit que j’étais tombé à l’eau ! En ouvrant mon blouson, une dernière vague s’échappa. Mon Polo me colle à la peau. J'ai trouvé un tee-shirt pour me dépanner, le temps de mettre le ventilo à fond sur mon joli Polo bleu ! Aujourd'hui et pendant quelques minutes j’ai bravé les éléments.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Brigade Geffroy - dans 2014
commenter cet article

commentaires