Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bonjour '

  • : les z'élucubrations de la Brigade Geffroy
  • : Retrouve nos commentaires décalés mais sérieux sur les évènements du grand almanach, ... et un peu des nôtres, aussi.
  • Contact
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 00:02
C'est le jour de la clochette blanche que tout le monde se dispute … de vendre. En pots, en brins, avec une rose ou sans épine … Bientôt, il y a plus de vendeurs que d'acheteurs ! Assis dans des fauteuils de plage, avec tout leur attirail posé sur une table de camping bancale des années 70 et le bon vieux parasol Orangina. Le kit parfait du bon blaireau vendeur de muguet. J'en ai vu qui, attirés par l'odeur de la monnaie, réquisitionnaient tout un quartier, et déposaient, même leurs enfants derrière le tupperwarre-caisse de la table de camping pliable et instable à chaque coin de rue. C'est le seul jour de l'année où tous les morts de faim s'autoproclament fleuristes. Y en a qui s'installent la veille, histoire de marquer leurs territoires. Je les aime en tongs ou sandales en plastoc avec des lanières scratchables ou avec les chaussures fabriquées à Taiwan, imitation détente en toile, du style espadrilles modernes avec une épaisse semelle en caoutchouc qui fait que les pieds ne sont pas fiers des émanations fabriquées au sous sol. Certains arborent une banane supporte-monnaie du plus bel effet, et une casquette de trou du cul vissée sur la cabasse.
 
C'est dommage, elle est pourtant belle cette fleurette. En plus elle sent bon, et il parait qu'elle porte vraiment le bonheur. Faut le vouloir, aussi, le bonheur ! Mais, si elle est devenue incontournable, c'est à cause d'une copine de "viens poupoule, viens", enfin de celui qui l'a écrite, plutôt. Donc c'est avec sa copine qui avait du muguet à la boutonnière un beau jour de 1er mai 1890 et des brouettes, que le symbole a démarré. Puis, au début 1900, les couturiers raffinés lui ont tant boîté le pas et offraient des brindilles aux clientes, uniquement ce jour-là.
Il en fallait peu pour lancer une mode.
 
La tradition du 1er mai remonte, elle, à l'antiquité.
En ces temps jadis et reculés, les navigateurs trépignaient d'impatience sur la ligne de départ dans l'attente du son de la corne de brume. Ce bruit caverneux, ils l'attendaient toute l'année, comme tes enfants attendent Noël, ta grand-mère le jour de l'an, ta femme les cloches, et toi la déclaration d'impôts. Mais eux les marins, c'était leur top départ pour aller vaguer vers de nouvelles aventures.
 
En tous cas maintenant, c'est un jour, où c'est qu'on travaille pas. Mais ça n'a pas toujours été le cas. Non, monsieur ! Un an avant que mon pépé ne descende au fond de sa mine cévenole (à l'âge de 14 ans) il y a eu La super grève de Fourmies, dans le Nord. La cigale nous jouait Germinal en vrai. Les travailleuses et les travailleurs se sont mis à manifester contre les journées harassantes et le travail mal payé. Un peu comme aujourd'hui, quoi ! Sauf que maintenant les journées sont en général beaucoup moins pénibles, les travailleurs ne manifestent plus pareil, par contre les salaires n'ont presque pas augmenté. La police a donc ouvert le feu sur la foule (décidément, on a toujours eu de grands panseurs dans la Police !). Grâce à quoi (!), mon grand-père a pu descendre au fond de son puits pour remplir des berlines et creuser la couche de houille pendant ses huit heures quotidiennes. En souvenir de cette dure lutte et en mémoire aux victimes, la populaire Confédération Générale du Travail a réussi à obtenir la journée de 8 heures. 8 heures de travail – 8 heures de loisirs – 8 heures de sommeil. Ce jour est symboliquement devenu la journée des revendications sociales. A la création de l'ASPTT Marseille, le muguet arborait les boutonnières de tous les manifestants qui défileront désormais le 1er mai. La journée n'est devenue chômée, qu'en pleine tourmente de 1941.
 
C'est aussi le jour où Jehanne d'Arc s'est approchée un peu trop près du barbecue, et s'est fait lécher les pieds ... par non pas par lui, mais par les angliches.
 
Alors, même si tu marches sur une belle merde du pied gauche aujourd'hui, ta fée clochette t'absoudra !
 
Allez, manifeste-toi.
 

Repost 0
Published by La Brigade Geffroy - dans 2007
commenter cet article
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 00:00
Promenons-nous dans les bois, à la recherche de petits z'œufs disséminés dans les forêts, les sous-bois, les buissons, les jardins, les terrasses, les balcons, les bacs Riviera, chez le voisin aussi, disséminés par le passage des cloches en ce jour de Pâques.
Cherchons dans les arbres, sous les branches, dans les hautes herbes, sur la pelouse aussi, partout, faut tout ramasser. Une razzia. Nous on s'entraîne depuis 3 mois à la maison, à détecter la moindre présence ovoïde chocolatée sous emballage aluminiumisé.
Ce matin, les cloches sont parties très tôt de Rome. Par le nuage de 4h37, et comme le record du TGV elles l'ont battu depuis belle lurette, elles, le dépôt doit normalement déjà être effectué. Ça va, nous, en plus on n'est pas loin de Rome. Puis, comme ça vient de Rome, je soupçonne le Vatican de préparer ces chocolats en papotant ! Mais t'imagines la gueule du choco quand les cloches vont arriver à … euh, à Vancouver, aux Marquises ou à Calcuta ? Mais c'est rien que pour les enfants sages. Des œufs, des poules, des lapins, des dauphins, des petits, des gros, des géants, au chocolat noir, au chocolait, au chocolat blanc, au chocolat sans chocolat mais avec du soja plein de lécitine, ou encore au bon beurre marron des grandes surfaces. Humm !
 
Et, y a pas besoin d'être croyant pour manger du chocolat. Très longtemps on a pensé que le chocolat était aphrodisiaque, surtout pendant cette époque où l'église menait en sous-mains la contrée. Alors, si les tonsés n'avaient pas toléré cette déviation à la dépravation par ingestion de matière cacaotique, Loulou ze fortine, le représentant de Dieu sur Terre de l'époque épique, aurait aboli le chocolat. N'en déplaise à ses gonzesses.
 
On a rien inventé, encore. Les œufs taggués, remonte à la préhistoire (si si, je déconne pas ; c'était l' œuvre de Marcel de Néanderthal ). L'église poursuivit l'usage d'offrir des oeufs, le premier dimanche qui suivait la pleine lune, qui suivait l'équinoxe du printemps. Du XIIème au XVIIIème les Rois de France faisaient rechercher les plus gros œufs afin de les bénir pendant la messe pascale et les distribuer à la sortie de l'église.
Mais, pourquoi l'œuf et pas sa pondeuse, me diras-tu, hein ? Car, qui de la poule ou de l'œuf est né le premier ? Ça reste une énigme encore de nos jours ! 
 
En attendant que tu progresses dans ton enquête, rappelle-toi : Pâques marque la fin du carême et l'œuf est formellement prohibé pendant cette période de jeun. Alors, dès que ça devenait possible, on se gavait du plus gros des cocos qu'on avait sous la main. Au Moyen-Age, les anglais inventent l'œuf peint à la feuille d'or, qui était sensé apporter la richesse et la prospérité à ceux qui le recevaient. Car souviens-toi du poisson d'avril, jusqu'en 1564, l'année démarrait maintenant, et on la célébrait pendant un mois. Puis, on a eu tous les délires, les suisses peignaient des edelweiss et les accrochaient aux arbres. Les russes y sertissaient des pierres précieuses et se sont fait faire des collections par la marque de déodorant. Les cousins germans d'outre-rhin ont, eux, plusieurs histoires en fonction de la région où ils se trouvent, un coup c'est un lapin qui a apporté les œufs, un coup un coq, ou encore un renard (et si ils sont dans deux régions limitrophes, le loup doit se transformer en mère-grand !). Qué Cloches ! Qu'est-ce que tu veux que les minots y z'y comprennent à cette coutume ? Déjà les grands, y pigent que dalle, alors !
 
En tous cas, c'est seulement au XVIIIème qu'on a décidé de vider les œufs par le petit trou de la lorgnette et de les remplir de chocolat. Et vouai, fallait d'abord qu'on ramène le cacao d'Amérique Latine, et qu'on y trouve une noble raison pour s'en empiffrer. Surtout les mamans, à ce moment là. Mais les mamans qui traînaient un peu dans la noblesse, hein. Parce que le pauvre paysan qui élevait ses petites gallinettes, il a pas du en manger souvent, lui, du chocolat ! Ni sa paysanne, et encore moins leurs moufflets. Y savaient même pas ce que c'était ! De toutes manières, à lui, on lui avait déjà taxé ses œufs.
 
Alors cherchez bien, à moins que nos supermarchés n'aient débordé d'imagination en nous proposant cette année, des girafes, des aigles, des requins ou des ballons de foot en beurre de beurre de chocosoja 25% pur cacaouète. On parle déjà de chouettes, de loups et de crocodiles pour l'année prochaine.
 
Aaaah ! Ça va être un beau dimanche, à quatre pattes dans les haies, en treillis camouflage, à ramper dans les pinèdes, à la recherche du moindre indice de chocolat. Attention, si je vois un nez renifleur à portée de reprise de volée, je shoote !
 
Après l'indigestion du chocolat du dimanche, lundi arrive. Parce que Pâques, ça dure 2 jours. C'est un peu comme la féria d'Arles (ça tombe bien en plus, c'est ce week-end !), sauf que là tu cherches pas des z'œufs pendant 48 heures dans l'arène ! Le lundi, c'est fait pour te reposer de toute l'énergie déployée la veille à la fouille du moindre bosquet à œuf. Et donc, pour rééquilibrer un peu l'alimentation, traditionnellement dans les familles, on s'envoie en entrée quelques z'œufs mimosa, puis un gigot d'agneau de Sisteron élevé au grand air sur les paturages de Turriers, accompagné de flageolets. De bons flageolets musiciens bio, comme autrefois. Enfin, autrefois, ils étaient naturellement bio. Aujourd'hui, ils le sont marketinguement. Et, on clôture par des z'œufs à la neige !
 
N'oublie pas, ça fait quarante jours que j'ai rien mangé !!!

Repost 0
Published by La Brigade Geffroy - dans 2007
commenter cet article
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 00:00

Depuis des lustres, on fait des canulars ce jour-là.

Ça détend !
Ça détend ça détend, t'y es marrant toi ! ... ça détend ceux qui les font, hein ! Pasque les autres y se caguent dessus toute la journée. Ils rient moins, enfin, surtout s'ils sont impliqués dans la plaisanterie. Mais nous, on rigole. On se prépare aux réactions.

Propos entendus chez les moins téméraires grâce aux microscopiques micros cellulaires placés chez eux, à l'insu de leur plein gré : "Oh putain, qu'est-ce y va me tomber sur le coin de la gueule aujourd'hui ? J'ouvre à dégun, moi, et je réponds pas au téléphone, môa ! Comme ça y m'auront pas. Na !"

En fait, c'est un divertissement social et humanitaire, qu'on fait. On devrait nous primer pour ça ! Les gens s'en rendent pas comptent pasqu'y z'y sont impliqués, et quand y sont dans l'œil du cyclope, ils cherchent l'air pour pas boire la tasse. Y'en a qui sont tellement tendus, qu'ils risquent la rupture, le claquage, l'éclatement voire l'esplosion, alors, ce 1er avril arrive à point nommé. Juste avant la longue période de grèves et de ponts du mois de mai, et bien avant les grandes vacances. On va les détendre après une période de stress intense. Pour eux, c'est un peu comme un jour de grande compétition, tu emmagasines l'hormone du moment où tu dois t'impliquer puis BOUM, ça vient à toi, l'acide lactique apparaît et toi tu sens que c'est pas une situation normale. Mais tu veux gagner le combat contre ce fantôme, pasque tu sais pas contre qui tu joues ! Pour ton honneur. Vouai, rien que pour ça, ça devrait être remboursé par le Sécurité Sociale.
 
En fait, Charles IX, [monsieur le neuf, c'était lui], entre deux batailles, il a eu la splendide idée de changer la date du 1er de l'an, peut-être pour pas que ses ennemis ne viennent au rendez vous pour guerroyer. Il venait d'inventer l'agenda chamboulé. Y'en a dès fois, on se demande ... Au XVIème siècle, on fêtait le nouvel an, le 25 mars, la bamboula de la saint annonciation, du début du printemps. Les festivités duraient une semaine pour se terminer le 1er avril. En 1564, le roi de trèfle, décréta par décret qu'il fallait adopter l'adoption du nouveau calendrier en imposant le Nouvel An le 1er janvier. Un peu comme un patron impose les hausses d'objectifs à ses sbires. A la méthode politicienne, quoi.

Le peuple qui ne voulait pas de cette réforme, continua d'envoyer ses cartons d'invitation à des soirées fictives, en jouant des tours aux nostalgiques. Celui qui s'y faisait prendre était LE "poisson d'avril". Un peu comme un dîner de con à la journée, le François Pignon du printemps, quoi.

Alors, pourquoi le poisson ? Ma foi, peut-être pasqu'à cette période de l'année, le soleil sort du signe astro-illogique du Poisson ? A moins que ce ne soit à cause de la barbaque qu'on pouvait pas encore avaler, et qu'on convertissait en poiscaille. Parce que, suivant les années, t'y es pas sans ignorer qu'on est dans la période du Carême, ... jusqu'à ce qu'on trouve les œufs de Pâques ! Dès fois c'est déjà fait ! [Comment tu veux qu'on s'y retrouve dans le calendrier, y'en a toujours qui pistonnent leurs dates pour les mettre devant suivant les années. Ou alors, c'est comme pour les seconds tours d'élections. On fait des arrangements de listes. Je t'accorde tel truc, tu me files tel machin !]


Donc, attention aux blagues. Faut que ça reste un canular, rien de dangereux, d'affligeant, ni de vulgaire. Alors, si toi aussi, tu t'abandonnes à vouloir rire un bon coup, ne laisse pas mijoter ton souffre-douleur tout l'aprèm dans une marre aux grenouilles s'il a de l'eau jusqu'aux ... coudes.

Repost 0
Published by La Compagnie Geffroy - dans 2007
commenter cet article
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 12:00
Tous les ans, c'est pareil. Mieux, toutes les 2 fois par an, c'est pareil. Et quand ça arrive, je sais jamais comment il faut que je tricote avec mes aiguilles, toi non plus, hein ?
 

Bon, je porte pas de tocante, nouvellement grande mode, c'est vrai, mais avec toutes les horloges, réveils, coucous et pendules que nous avons à la maison, avancer ou reculer les aiguilles fait partie du rituel bi-annuel ! Ça fait 30 ans qu'on se les tourne toujours pareil, et on sait jamais si on les avance ou si on les recule. Je dis on parce que toi aussi t'y en sais rien non plus. Heureusement, moi, j'ai un pense bête. J'ai encore un vieux magnétoscope VHS qui différencie l'heure d'été de l'heure d'hiver. Alors, je vais le voir, je tripote un peu son menu "heure", vire sur "heure d'hiver", et je regarde sa vive réaction. Sinon, y a une autre méthode qui va envoyer mon magnétoscope prendre une heureuse retraite bien méritée. C'est un moyen mamo-technique : octobre ça fini par RE et avril ça démarre par AV. RE pour recule, AV pour avance. Avec ça, on a tout dit. Je peux partir tranquille faire le tour des réajustements de la maisonnée : micro-ondes, four, horloge cuisine, réveil sdb, mobiles, réveil chambre, montre-réveil chambre, chaînes hi-fi chambres, pendules chambres, cardiotraining, compteur VTT, voiture … tamagoshi partout ! Le reste, c'est calé sur l'horlogerie automatisée ou l'informatique. En fait, y'a qu'aux cagoinces où y a pas encore de breloque ! Généralement, tu sais quand tu rentres, et encore mieux quand tu dois en sortir !

 

Mais savais-tu qu'au Sénat (pas Ayrton ! le dortoir à députés, bons pour services politiques rendus), au Sénat on a donc quelques grabataires qui se paluchent la cervelle sur le fait d'en finir ou pas avec l'heure d'été ! Quand tu sais de combien est l'indemnité parlementaire d'un sénateur, tu te demandes si ils ont pas d'autres sujets plus importants à s'entrechoquer fondamentalement les neurones actives qu'ils leur restent. Un sénateur c'est 6952,91 € par mois + 6278 € de frais remboursés quoi qu'il en soit et sans justificatif + 1330 € de subvention politique + des dizaines de dizaines d'autres réels avantages, encore plus avantageux, de tous ordres. Mais c'est un politique, et les politiques qui les élient ?
De quoi lui couper les nouilles, au sécateur !!
Tu votes, toi ?

 

Mais, ne nous éloignons pas des prémices de notre nano phénomène ! Parce qu'en fait, tout ça, c'est à cause d'un british en kilt. Un scottish, quoi.

Nous, on avait notre heure bien française qui faisait de mal à personne, avec pour repère : le méridien de Paris, à l'accent pointu. Et lui, l'écossais (il avait un nom de paratonnerre, t'sais !), il a rien trouvé de mieux que de se caler sur le London-Greenwich pour homogénéiser les transports ferroviaires canadiens (en plus ! Comme si nous on réfléchissait aux trains québécois à l'époque ?). Eh ben, lui, il a segmenté la surface de la Terre en 24 tranches de longitudes identiques. Un peu comme quand ta maman t'épluchait une orange quand tu étais petit. Puis d'un coup, il a fallu qu'on se cale sur le méridien de Greenwich, con ! Dès lors, ils ont officiellement instauré les fuseaux horaires ! C'est là que ça a commencé. On y a perdu quelques heures. Notre méridien de Paris et ses marques ne servaient plus à rien, sinon à être visités. C'est encore grâce à lui qu'on a défini l'exacte longueur du mètre (pour ta gouverne : la dix-millionième partie du quart du méridien terrestre. Parce qu'on n'a pas pris ça au hasard, qu'est-ce que tu crois !) et c'est La France, voui, qui l'a inventée et officialisée et étalonné, le mètre ! (et le british, y nous l'a mis). En tout cas, il se visite toujours (le mètre). D'ailleurs, si un jour tu te balades à Paris, va mirer l'heure de la Capitale au parc Montsouris, elle est classée ! Mais, tu veux l'heure solaire ou l'heure méridienne ?

 

En 1916, pour rattraper le décalage de la sorcière verte (Greenwich oh, ça va, hein !), on est passé pour la première fois à l'heure d'été, eh ben, depuis, on n'a toujours pas vu arriver son penchant d'heure d'hiver à celle-là ! Puis, on a remis le couvert sous Giscard (rappelle-toi, c'est lui qui avait ralenti "La Marseillaise" parce qu'il arrivait pas à la jouer à l'accordéon ! C'était un Président de notre République). En tous cas, on n'avait toujours pas ramené l'heure d'été de 1916, en heure d'hiver, qu'on a accentué encore une fois le compteur "heure d'été" ! C'est l'UTC+2 (Universal Time Coordinated ) et non GMT+2 que l'on utilise à tort.

Maintenant l'heure d'été et l'heure d'hiver sont fixées par une directive du Parlement Européen et sont verrouillées pour l'uniformité de l'Europe ! 

 

Plus sérieusement, selon l'Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (l'ADEME – t'en as entendu parler ?), "l'estimation des économies d'électricité s'élèverait à 1,3 milliard de KWh, soit 4% des consommations d'éclairage en France". On estime encore à +/- 250 000 tonnes d'équivalent pétrole, les économies d'énergie annuelles résultant de la mise en œuvre du régime au changement d'heure dans notre pays. On n'a presque plus de pétrole, mais on a toujours des idées. Bon, maintenant tu pourras répondre à ceux qui disent que ça sert à rien ce changement d'heure !

 

Donc, à l'heure où tous devons faire de sérieux efforts pour sauvegarder notre belle planète, posons-nous la question 2 fois par an pour savoir si on avance ou si on recule ?

Comment veux-tu que je te règle la pendule ?

 


Repost 0
Published by La Compagnie Geffroy - dans 2007
commenter cet article
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 00:00
"Le printemps est arrivé, sors de ta maison …"
Bon, tu connais la chanson de Michel Fugain, et celle de Cloclo ? Alors "Viens à la maison, y a le printemps qui chante ..."
Mais, qu'en est-il du Printemps de Léo Ferré, d'Hugues Aufray, de Jaques Brel ou de Pierre Perret ? A moins que "Viens, à la maison, y a le Printemps qui chante …" t'inspire plus ? Vivaldi et Stravinsky l'ont eux, inscrit au patrimoine mondial de nos oreilles. Tu connais bien la musique, toi, t'y es un(e) mélomane. Ça gazouille de belles notes, de doubles-croches en soupirs. La déesse Flore en était la personnification dans la Rome Antique. Botticelli l'a immortalisé, Bouchardon l'a buriné, et Félix Leclerc lui a offert un hymne. Sa couleur, c'est le vert; et sa fleur, la primeverte.
 
De prin, prime, premier et temps, temps. Rappelons-nous, c'est la saison qui jadis démarrait l'année. Tu avais déjà oublié ? Le printemps, c'est l'évasion. La libération du carcan de l'hiver. La mise au vestiaire du gros manteau. Le printemps, c'est le réveil de la marmotte qui sommeille en toi.
 
C'est au printemps aussi qu'on repousse nos limites. La déclinaison du soleil devient boréale. Grâce à une position singulière, qui décuple nos énergies si elle est appliquée avec respect, l'incursion du soleil dans l'axe mars-jupiter nous envoie cet influx, tellement bénéfique à nos ségatomines, que même une concentration prolongée de la lune en capricorne-belette du Santor ne pourrait réprimer. De manières aléatoires mais régulières, l'effort d'incantations prolongées aux astres, nous permettra de repousser le désastre.
 
Le printemps, c'est l'invitation à sortir dehors, à respirer la magie de la nature qui déploie ses mystères devant nous. L'herbe verdit (celle qu'on arrose, pas celle qu'on fume !), les arbres grandissent à vue d'œil, les couleurs arc-en-ciélisent la campagne, les oiseaux rivalisent The Voice, le mercure prend un coup d'inflation, les jours restent ouverts de plus en plus tard, la mer a mis la chaudière en marche pour préparer nos baignades (enfin …, la nôtre de mer !) et surtout, nous on s'aère, on se découvre.
 
Même si pendant un mois encore, l'adage nous conseille de ne pas le faire d'un fil, on se découvre quand même, des envies de balades bucoliques à faire des cueillettes de plantes médicinales qui t'apaiseront la colique. On se découvre de bonnes résolutions, qui renforcent l'envie d'aboutir à la bonne solution, et ça, ça nous obnubile. On se découvre des poussées de sèves qui invulnérabilisent notre comportement et qui présentent la particularité de doper aussi le tempérament sans être porté sur la liste rouge des produits interdits. On se découvre un beau matin, devant la glace, avec trois méchants boutons plein de mayo qui nous défigurent la figure, on bourgeonne. On bourgeonne et on mouche aussi. Avec le réveil de la nature, les allergies abondent, et avec ces pelotes de laines en suspension dans l'air, nos appendices nasaux sont chatouillés, la pollinose est arrivée, atchoum !
 
Dans le langage courant on parle de printemps pour indiquer l'âge. C'est le moment que les jeunes filles ont choisi pour s'épiler le duvet de l'hiver, tandis que les plus anciennes se l'épluchent, tant la matière a pris racines. C'est le grand nettoyage de printemps. C'est également la saison du bricolage. Ça c'est pour tes bonnes résolutions ! Parce qu'après, tu t'aperçois que c'était pas la tienne de saison ! Mais bon, tu auras au moins essayé !
 
Contrairement aux apparences, le printemps de Bourges, n'est pas la saison des riches, mais une confrérie de troubadours qui entonne au grand public des rythmes endiablés. Le printemps n'est pas non plus l'unique saison pour se ruer dans les Grands Magasins. Ni pour aller à Prague. Ce n'est pas non plus la saison d'Yvonne, Yvonne Printemps était née en été, et morte en hiver. Hitchcock l'a punie : pas de printemps pour Marnie ! Et même si tu vois une hirondelle, ça le fait bien quand même ! Enfin, rassure-toi, les rouleaux de printemps ne sont pas les seules denrées que tu peux ingurgiter pour te sustenter pendant ces 3 mois.

Repost 0
Published by La Compagnie Geffroy - dans 2007
commenter cet article
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 00:01
Tu te rappelles du petit lièvre bondissant dans Alice au Pays des Merveilles ? 
Le lièvre de mars, c'est son nom pour ceux qui ne l'on jamais appelé. Un malade, ce lièvre. Et bien les angliches l'avaient déjà repéré et catalogué en le prenant comme exemple pour un proverbe "fou comme un lièvre de mars" (as mad as a March hare).

Avec ça, on est bien parti. Et tout ça à cause de la saison des amours. Eh vouai, c'est maintenant ! On se sent la sève qui monte, qui monte, et la bébête aussi. Faut que ça sorte, sinon ? 
Sinon, ça bourgeonne de partout. Alors, en cette période de troisième cycle lunaire, d'équinoxe de printemps, et de neuvaine de Saint Joseph, celui de la crèche, vouai, le père adoptif, donc par les temps qui courent, on se sent pousser les ailes de l'Amour. On se sent invulnérable, invincible, insouciant, inconscient, un con quoi ! Qu'on soit jeune ou pas, ça change rien à l'affaire. On est con pareil. On est fou pareil.
C'est en cette saison qu'on est le plus amoureux. Qu'on se soulage la glande pituitaire, l'oxytocine est libérée dans le cerveau. Puis quand on à les glandes, on les lâche pas comme ça, les thyroïdes, les salivaires, et autre Bartholin, … prêt à se laisser aller à des conneries qu'on ne ferait pas si on n'était pas amoureux.
Mars n'a rien à voir avec la planète éponyme. Les romains lui ont filé ce nom en hommage au dieu de la guerre, car les beaux jours marquaient le début de la période de guerre.
 
Voilà un échantillon de fous nés en mars :
Ayrton Senna, fou du volant
Albert Einstein, savant fou
Vincent Van Gogh, un barjot
Paul Verlaine, redoutable buveur d'absinthe qui décalquait sa mère
Jean Edern Hallier, on peut pas dire qu'il était bien tranquille non plus
Nikolaï Gogol, ça tu l'inventes pas !
Quentin Tatantino, il est pas fou, il est malade, lui
Richard Gotainer, il retire toujours son entonnoir en public.
 
- Une petite bière … de mars, bande de houfs ?
- Allez, sur le Champ !
- Et ça repart.
- Attack
- T'y es fou ou quoi ?

- Puy du fou rire au fou du roi, il n'y a qu'un pas que ne fou lerait pas une fou foune. Comme ce tireur fou de Bassan, fou d'elle dans Hong-Kong fou fou, à la recherche de la diagonale du fou de Pierrot le fou.
De la folie douce !

- Fou gasse !
- Fou t'aise.
- Fou la la !
- Fou timasser.
- Fou tre !
- Fou lard.
- Fou triquet !
- Fous-moi la paix.

Repost 0
Published by La Compagnie Geffroy - dans 2007
commenter cet article
27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 20:30

Mardi Gras, c'est GRAS !
On baigne dans l'huile.

C'est pour s'en mettre plein la lampe, non ?

 

Pour moi, Mardi gras c'est d'abord le carnaval. Tututulu tututu tululu !

Et l'image instantanée que j'en ai, c'est Offenbach. Offenbach et ses Contes d'Hoffmann. Pourquoi, il y avait un carnaval dans les Contes d'Hoffmann ? Non, mais c'était à une époque où j'étais intermittent du pestacle. Je t'explique : quand j'étais petit, j'ai fait le gondolier à l'Opéra de Marseille. Eh vouais, déjà les prémices d'une grande carrière : je ramais ! Intermittent parce que je passais par intermittence sur la scène. Mais attention, pas d'amalgame ou de raccourci infondé : c'est pas parce que j'étais à l'Opéra que je faisais des entre-chats, hein ? J'étais pas une tapette ! Mèfi.
Pourtant y avait des souris, fan de chichourle !

Mais moi, j'étais avec mon école maternelle à moi, et on faisait un pestacle. Tu vois l'âge ! M'en demande pas plus, je me rappelle que de ça. Et depuis, Carnaval, c'est mon Opéra de Ma maternelle d'Hoffmann !

 

Par contre des carnavaux – 1er rappel scolaire : pluriel des mots en "al" : un carnaval, des carnavaux – donc, j'en ai vu en pagaille des carnavaux : à Bâle, par le petit trou, (là c'était une exception, y a un "e", sinon c'était aux Baux), sur des chars à Nice avec des jets d'oranges déshydratées, à Venise … Ah Venise ? Arlequin, Colombine, … Gondoliers, ... Sous la grisaille de Dunkerque, sous l'eau de Cologne, sous le soleil de Salvador de Bahia, sur la plage de Copacabana à Rio de Janeiro, ...
Avec des guises, des pas déguisés du tout,
(vouais y en a, ça pendouille), des aiguisés bien affûtés, des drag-queens, des confettis, des grOs confettis, des fettis tout court, et des gros cons tout con. Enfin, on en voit de toutes les couleurs. Parce que quand on connaît un peu l'esprit du Carnaval, y s'en passe des choses, hein dans cette marée humaine … y s'en passe.

 

Carnaval c'est aussi Rondo Veneziano. Troupe organiste de vieillo-musicos-classico ritaux (rital – ritaux ! tu la sais toujours pas la leçon ?) rythmée à la batterie. Moi j'adore, c'est carnaval dans ma tête quand je les écoute …

 

Mais revenons à La Fête. Tu te souviens qu'à l'origine, cette fête était célébrée à la fin de la semaine des sept jours gras. On festoyait avec abondance avant le début du Carême, y'en avait de partout (on s'en mettait plein la lampe, quoi ! j'avais bon !) et de nombreux Carnavaux prenaient place le jour avant celui où on brûlait tout, le mercredi des Cendres, jour de privation et de pénitence dédié au souvenir d'Adam. Et depuis, il brosse, ... Adam ! (humm ! facile) Mais Adam, celui d'Ève ? Je comprends plus rien !

Ne pas confondre Carnavaux avec Carnivor. Quoique, on n'est pas loin quand même. Le mot de passe, c'est viande. Ça dérive du latin médiéval "carnelevare" : retirer la barbaque (je parle le latin médiéval couramment).

Mais comment on en arrive au déguisement, tu vas me dire ? Eh bien voilà, …

Chez les Egyptiens des pyramides pharaoniques, là d'où 40 siècles nous contemplent, on rendait un culte à Isis et Apis en permutant les rôles. Isis et Apis, c'était pas leur Astéris et Obélis chez Néfertitis, non non, c'était la reine et son taureau (?) mais n'aurait-il pas été plus simple de mettre son taureau dans l'arène ? Des fois, un peu de bon sens, ils y auraient pensé, ils auraient inventé la corrida...

Dans l'Antiquité, pendant les Bacchanales et les Saturnales, les maîtres en sandales devenaient esclaves en cavale, et vice-versa (ça devait pas être triste !). Ces traditions étaient l'occasion d'un grand melting-pot socialo-populaire et de festivités jubilatoires. Ça s'entremêlait là-dedans, je te dis pas. Dans le luxe et la luxure, dans le stupre et la fornication, dans la dépravation, quoi !

Mais avec la fable purificatrice de Jésus, ces fêtes vont disparaître, et ce n'est que bien plus tard, que l'Eglise autorisera le peuple à se laisser aller avant le Carême ...

Au Moyen-Age, lors de la fête des Fous (pas encore au mois de mars, mais on y reviendra …) on inversait les rôles, on disait par exemple la messe à l'envers. De quoi en perdre son latin, imagine-toi un peu la messe en latin (médiéval) à l'envers, en verlan (!), on n'arrête pas le progrès. Et bien sûr, les femmes étaient devenues folles de la messe.

Lors de la fête de l'Ane (pas celle d'Allauch) un de ces animaux montait sur l'Autel ! Et quand un âne monte à l'hôtel, …, et c'est comme ça que les jolies filles qui voulaient une robe couleur soleil devaient se travestir en ânesse. Le comte de Pet-Rôt (Arrrh le nom qu'il a lui !) en a même fée un film avec Catherine Peauneuve.

 

Bon, tout ça pour en revenir encore à manger. Ce jour là, on dévore les beignets de Carnaval, que nous connaissons mieux, nous prouvencaoù, sous le nom d'oreillettes, mais qu'on grignote par ailleurs en demandant des bugnes, bougnettes, roussettes, merveilles, cuisses de plâtre, faveroles, frivoles, tourtisseaux, corvechets, nouets, Schenkeles, ganses, ou autres beignets, chouquettes et gaufres …

 

Allez mange, parce qu'après c'est Carême.

Carême, c'est abstinence pour un jeûne pendant 40 jours.

 

Alimentaire l'abstinence, alimentaire.

 

On se retrouve à Pâques (c'est dans 40 jours)


 

Repost 0
Published by La Compagnie Geffroy - dans 2007
commenter cet article
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 00:00

Patron des fiancés et des apiculteurs.
De quoi te filer le bourdon !

En tous cas, c'est encore une fête catholique. Qué fêtards ces mecs, ! Ils nous ont tellement ordonnés jusqu'à Napoléon qu'ils ont inclus en loucedé leurs alertes dans notre calendrier civil. Comme ça ils étaient sûr de pas les oublier, le peuple leur rappellerait, et lui le peuple, il ne manquait pas une occasion de faire la fiesta. Bon, mais qui c'est ce Valentin ?

A l'origine de l'origine de la Saint Valentin, il n'existait aucune connotation à quoi que ce soit. On évoquait simplement ce jour là, Valentin de Campanie, un médecin de la Rome Antique devenu prêtre, puis martyr il y a 1737 ans.

L'ambiance amoureuse est arrivée vers la fin du Moyen-âge, en 1496, va savoir comment ? Peut-être avec les brigades du célèbre commissaire ...

L'ambiance commerciale, elle, est très récente, mais on nous fait croire que c'est ancestral. Le but originel de la Fête des Amoureux n'est pas de cracher des biftons et de gaver le tiroir-caisse des commerçants-pleurnicheurs de chiffres d'affaires, mais plutôt de s'échanger mutuellement des billets doux !

Alors, oublie le protocole du cadeau à offrir, reste simple et authentique, donnez-vous vos témoignages réciproques ... et vivez cet évènement tous les jours de l'année, c'est plus simple.

ATTENTION, nom d'une pipe en bois, aucun retard n'est toléré ! Demain, c'est la Saint-Claude, alors, pas d'engouement ! ...

Tu es amoureux(se) ? Alors, quelques mots griffonnés sont du meilleur effet. Griffonnés signifie écrits à la main, pas avec le pouce sur un boîtier à 9 touches, hein !

 

Sinon, rejoins le clan des boycotteur de cette fête mercantile.

Repost 0
Published by La Compagnie Geffroy - dans 2007
commenter cet article
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 05:45
Non, je vais pas te donner la recette des crêpes ! J'imagine même pas que tu saches pas les faire !
-  Ah, tu mets du lait, toi ?
-  Moi je préfère à la bière.
-  Et moi, à la fleur d'oranger !
-  Mais combien tu laisses reposer ta pâte, toi ?
-  Ah, moi j'attends pas, j'ai pas le temps de toutes manières ...
   
Au-delà de ces échanges culinaires authentiques, une autre réalité méconnue demeure en cette Saint Gutual.
Quoi, on est bien le 2 février, non ?
Alors, c'est la Saint Gutual !
C'est aussi la Saint Théophane. Théophane était un historien byzantin qui avait changé de nom, - déjà c'est louche ça - il avait lutté contre les iconoclastes, fut exilé et mourut sur le capot d'une Rolls-Royce* en 817. Encore une notion qu'il faut que j'affine, l'authenticité des dates. Laisse-moi vérifier encore quelques points obscurs de l'Histoire, et on en reparle un de ces jours. Là, on en reste en 817 après JC, comme si de rien n'était.

Bon, aujourd'hui, la tradition c'est d'être prêt à 5 heures du mat', et là je plaisante pas, y a tout un rituel, et tout et tout. 5 heures du mat', j'ai des frissons, je claque des dents et je monte le son, ... Il faut être prêt pour l'apéro-cession au Vieux Port, mon cochon ! Puis, une fois que t'y as bu la tasse et ramené le mannequin de secourisme au Quai des belges, que tu l'as "présenté au seigneur", il te faut faire la queue pour aller curiositer la seule vierge sarrasine que Marseille aère une fois par an. D'habitude c'est en novembre qu'on honore les morts, mais on est à Marseille, et ici tu le sais, c'est différent. Personne la connaît, en plus, cette gonzesse, mais tout le monde veut la voir. Alors, faut trouver Quasimolo, le bossu de la basilique-forteresse de Saint Victor, fort occupé à tenir le trousseau de clefs de la grande porte. Un peu de culture dans ce bas monde, je sais, t'y as pas l'habitude, mais ça te cultive un peu. Donc, Totor, qui donna son nom à cet imposant monument au-dessus de l'Arsenal des Galères, était un soldat romain du Bas Empire qui refusa de combattre contre l'Empereur Maximien - il avait dû le prendre pour Grobélix - il fut supplié, jeté dans le Lacydon et canonisé.

Là, devant sa porte, tu attendras qu'il t'ouvre. Pas Victor, hein ? Quasimolo, c'est lui qui a les clefs ! Attention, tu n'es pas seul(e). Toutes les mémés de Marseille ont sorti leurs redingotes, et y a du monde, va ! Dans la queue, ça sent la naphtaline, le bon anti-mites des familles. Esseptionnellement aujourd'hui, on détrône la Bonne Mère. Si t'y as été patient(e), si t'y as pas eu assez froid, tu mérites de descendre au frigo, dans l'antre du service médico-légal de l'évêché. Pas celui de notre Police Judiciaire marseillaise, non, l'évêché qui sont d'habitude fermés de l'intérieur, ceux du dieucèse. Tu regardes, et quand t'y as vu la vierge, hop, tu remontes à l'air libre.

Ce n'est qu'après que tu peux aller chercher tes navettes dans la plus ancienne boulangerie de Marseille, en face, là où elles ont été inventées, et où tu refais la queue ! Et vouais, t'arrive jamais en premier, bouge-toi un peu ! Là, tu te retrouves au milieu de tricheurs, y a beaucoup de mamies botoxées, maquillées comme des voitures volées, habillées comme des discours politiques, et qui se mettent discrétos dans la queue. Elles te font croire qu'elles sont descendues à la crypte, elles aussi. Qu'elles se sont levées tôt, comme toi. Des parasites qui irritent, quoi ! - Au fait, comment ça s'appelle des parasites qui se mettent dans la queue des autres, hein ? Des morpionnes, brrrr ! -

Les navettes, un délice. Tu peux aller en chercher toute l'année, mais aujourd'hui, elles ont encore plus le goût particulier de la tradition. Elles sont meilleures !
 
 
Puis, tu peux rentrer à la maison, et si tu as bien été sage, tu peux faire des èp.
Non, je ne vais pas te faire l'affront de te donner la recette des crêpes ! On les goûtera, hein ? 
-  Ah, tu mets du lait, toi ?
-  Moi je préfère à la bière.
-  Et moi, à la fleur d'oranger !
-  Mais combien tu laisses reposer ta pâte, toi ?
-  Ah, moi j'attends pas, j'ai pas le temps de toutes manières ...
 
Je te passe les détails, tu connais l'histoire ...
Alors, pour les èp, tu n'oublieras pas de les faire sauter avec un vieux clou rouillé dans la main. Le clou rouillé ça gratte un peu au début avec la queue de la poêle, puis on s'y fait, tu verras. C'est pour affronter la guigne toute l'année ! Un peu comme le pieu ou l'ail pour les vampires. Pour lui montrer un peu qui c'est le patron !
Non mais des fois !
 
Au sûcre pour moi, hé !
Au sûcre.
 
 
* Samothrace
Repost 0
Published by La Compagnie Geffroy - dans 2007
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 04:00

... Ils arrivent ...
Viiite !

Oh fan !!! Ils arrivent de partout, et pas que dans ta crèche, où tu viens de rajouter les 3 petits rois mages en terre cuite peints minutieusement à la main, sur la mousse verte que tu as ramassé à la Sainte Baume, avant Noël. Et là, ça défile grave. Y a représentation générale, avec par ordre d'entrée dans ma lucarne :
le roi Nann (si ce mec n'avait pas marié Gyptis, sa fille, à Protis, un ingénieux marin phocéen, l'OM n'aurait jamais été Champion d'Europe, alors respect !). Défile aussi le roi de les belges (non, non, pas Raymond. L'officiel en titre, le pas très crédible, le belge quoi ! On le sait peu, mais c'est son aïeul qui inventa la poule au "potbelge" et Henri IV, roi de France et des canards, la mangea puis gravit le mont Ventoux sans ravitaillement et sans assistance une vraie performance pour l'époque ! ). Mais il mange ? Il mange le pain de mie duroi. Arrive maintenant, le médiéval roi d'Ys (quelle crêpe celui-là !), puis derrière, le roi Dagobert, qui a mis sa calotte à l'envers, avec le roi Arthur et son gros, le gros du roi (c'est un peu lui qui l'a choisy, le roi). Même Jeff roi et les rois maudits sont du voyage, regarde-les ils sont avec Vil-le-roi.
Ça défile un peu comme pour la cérémonie d'ouverture des jeux olympiques tu sais, Frederik Carlton Lewis le roi du sprint, Sergeï le roi des perches, devant le roi soleil et sa cour (qui part en tournée dans tout l'hexagone), le roi de l'évasion Houdini, suivent encore quelques bestioles, le roitelet, le roi Lion, le roi Merlin (l'enchanteur du bricolage), le roi de cœur, le roi de pique, le roi de trèfle et le roi de carreau, et n'oublions pas celui que chacun connaît dans son entourage, le roi des cons ! Puis, au fond, qui ferment la marche, en tout petit, tes trois santons.

 
Alors, par une belle nuit d'hiver, Melchior, Casper et Alcazar, sont venus d'Afrique, sont venus d'Afrique … même pas ils ont réveillonné, ces zouaves. En fait, ils s'étaient inscrits à la ciste* de Noël, qui les envoya retrouver Babette à l'OM. Il était prévu de pousser l'investigation dans une étable (dans les temps anciens et reculés, c'est là qu'on célébrait les victoires). Et comme ils voulaient chacun être le premier à trouver, ils sont partis sur les chameaux debout et ils ont invité tous les rois qu'ils connaissaient ...
 
Ah, j'oubliais ! Il y a l'autre, là. Celui qui n'a toujours pas trouvé la ciste et dont le nom m'échappe toujours quand je veux en parler. Il n'est jamais là quand on a besoin de lui, celui qui n'a pas suivi la bonne étoile, là, heu … Bon, faut vraiment que je retrouve son nom (si entre-temps tu l'as ailleurs que sur le bout de la langue, souffle-le moi) mais je vais chercher, moi ! Parce que, si ça se trouve, il marche encore à l'heure où tu lis. C'est lui qui devait faire l'échange avec des babouches pour le minot dans la ciste. Et ça, personne ne s'en inquiète qui ne soit toujours pas là ! Les gens aujourd'hui se foutent complètement de ce qui se passe à côté de chez eux. Tu vois, encore un exemple. Sauf que là, certains y croient. Chaque année à la même période une patrouille part en expédition à sa recherche en autos, en motos et en camions. Avant ils partaient de Paris, puis ils se sont rendus compte que s'il (celui qu'on attend ! tu suis ou quoi ?) s'il avait pénétré sur le territoire, ils n'auraient pas besoin de le chercher depuis Paris ! Ils l'ont cherché pendant 30 ans en Afrique, et ils ne l'ont jamais trouvé par là non plus, alors maintenant, ils commencent les recherches depuis l'Arientine. Soit ils font exprès de pas le trouver pour repartir l'année suivante (chose pas impossible, quand tu connais les gens d'aujourd'hui, hein !), soit ils ne sont pas au bon endroit (pas faux non plus. Remarque même s'il est perdu, ça m'étonnerait qu'il traîne en Amérique du Sud ce mec, il y a d'autres endroits où tu peux passer incognito, ... quoique, on en a vu d'autre ...). Parce que de nos jours, avec les satellites qu'on a là-haut dessus, tu vas pas me dire qu'on n'est pas capables de repérer un mec qui marche avec ses mules (rappelle-toi, les babouches pour le minot), un coffret sous le bras et qui doit te laisser une trace d'escargot longue de plus de 2000 ans !
C'est pas croyable, quand même, non ? T'es d'accord avec moi ou pas ? Enfin moi, je peux pas le croire.
... et si c'était fait exprès ? Avait-il des ennuis avec la justice de sa contrée ? A qui profite cette disparition ? Y veut pas payer la pension alimentaire ? ...
Et bien grâce à tous ces bons rois, on mange un gâteau qu'on attend tout le reste de l'année : Le Gâteau des Rois, avec sa fève et son sujet (un sujet pour un roi, quoi de plus normal, bon sa fève aussi !). La fève est un privilège venu des Romains envers leurs esclaves ; celui qui trouvait la fève dans son gateau avait les privilèges d'un Roi pendant 6 jours, puis il était exécuté.
Tellement imitée, jamais égalée.
Tellement limitée, jamais régalée.Tu as compris, JA-MAIS ?
Pas même cette galette toute plate avec les franges qui pendent, que les rois mages ont utilisé comme coussin pendant leur traversée du dessert. NON, LE GÂTEAU ! Le seul, le vrai, l'unique, celui qui n'existe qu'au sud de la Loire et au plus tu descends au plus il est meilleur, en brioche moelleuse, sucré à souhait de pépites blanches, couverte de fruits confits et qu'on mange en s'aspergeant la luette d'un peu de rôteuse. Un délice local qui fond dans la bouche et pas dans la main.
Alors pour la rôteuse, une petite parenthèse, pour mieux comprendre cette eau moite et sans don. L'eau de rôteuse a été mise au point non pas par un pharmacien, ni un alchimiste comme on pourrait le penser mais par un moine bénédictin du monastère d'Épernay, dom Pérignon, qui, en secret, était sous le charme d'une des filles Ponsardin. Possédé par sa jalousie, il a étranglé au champs Pagne derrière le monastère, le mari qu'elle venait d'épousailler, avec un cordon rouge. Elle est devenue veuve. La veuve Cliquot avait rebaptisé cette boisson : l'eau du champ'agne en contraction du nom de ce lieu fatidique, pour ne pas entâcher l'Eglise, et qui devint Champagne tel qu'on le connaît et le boit aujourd'hui.
Parce qu'il n'y a pas de Gâteau sans rôteuse, hein !
Hic ! Pardon.
 
Allez, tiens-toi bien devant les Rois.

Supplément gratuit : Bon, je peux pas compter sur toi. Ça y est, j'ai retrouvé son nom tout seul, de celui qui s'est perdu en chemin. Il se nomme Artaban de Médée. Il était chargé d'offrir le chanvre, et il a dû le fumer ! Quand tu pars pour une rando-raid pareille, tu prends ton GPS ! Lui, il l'avait commandé au Père Noël et il est parti dans la nuit juste avant qu'il ne passe ... ! Tant pis pour lui. Faut vivre avec son temps. Il a fait confiance à sa bonne étoile, pas de quoi être fier, hein Artaban ! Ah ! Aaaah ! 
 
Spot Scrotum : Tu peux ressortir l'info sur la rôteuse ou sur Artaban dans les réunions familiales autour du Gâteau, je ne prends pas de droits dessus, je partage. Comme on partage le Gâteau et  la rôteuse. Tu vas voir, ça fait son effet.
 
 
* ciste : jeu de piste gratuit, ouvert à tout le monde, idéal à pratiquer en famille ou avec des amis. Montée d'adrénaline garantie ! (voir à gauche le lien dans l'Affichage Pub)
Repost 0
Published by La Compagnie Geffroy - dans 2007
commenter cet article