Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour '

  • : les z'élucubrations de la Brigade Geffroy
  • : Retrouve nos commentaires décalés mais sérieux sur les évènements du grand almanach, ... et un peu des nôtres, aussi.
  • Contact
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 15:10
Etape 3 :
 
Alors, maintenant on a la mousse, mais aussi, du papier ciel qui servira de fond, un long papier alu qui rappellera la rivière, quelques bouts de branchouilles du sapin ou du romarin représenteront les arbres, quelques graviers les rochers, … Si tu as le temps, tu te confectionneras un pont, un puits, une étable, un moulin (eh voui, on est en Provence …) sinon, tu peux te fendre de quelques petits billets pour les acquérir, puis tu peux planter les santons.
 
Les santons de La Crèche, c'est pas les restes des sujets des Gâteaux des Rois des années passées, hein ! C'est les vraies figurines en argile "made in Provence" de petites et moyennes tailles qu'on veut voir. Les grands modèles, tu les laisses pour les étagères des grands-mères, les vitrines des associations de tricotage et les musées de la terre cuite.
 
La coutume de la crèche familiale a été, bien sûr, exportée de Marseille au XIXème siècle. L'action qui s'y déroule, est un arrêt sur l'image autour de la représentation qu'en fit Antoine Maurel, l'inventeur de la Pastorale, sur une idée originale de Nicolas Saboly, avec des décors de Roger Arte et des costumes de Donald Cardouel. Une pièce parlée et chantée en langue Provençale par les habitants des villages. C'est l'histoire de la naissance d'un roi plus puissant qu'Hérode, ce héros. Tout un monde non biblique apparaît autour du minot, et, à l'exception des estra-terrestres, tout le petit peuple porte le costume provençal.
Y'a rien là ?
La Pastorale est jouée sans interruption tous les ans depuis 1844.
 
Avec toutes les particularités qui la composent, on a des bergers qui entendent un ange leur annoncer cette nouvelle au flash info de minuit. Faut dire qu'en plein hiver, ils ont un peu abusés de fermentations raisinées ou autres macérations végétales pour tenir le coup, là-haut dans les nuits froides des collines. Ils redescendirent au village, réveillant tout le monde sur leur passage. Tous étaient du voyage : Bartoumieù, la femme à la brousse, le garde-champêtre, la femme au fagot, le tambourinaïre, la femme aux limaçons, l'homme à la lanterne, le rémouleur qui était encore plus bourré que les pastrés, le meunier, la femme à l'aïoli, le couple de novi, le marchand de marrons, l'Arlésienne, le gardian à cheval, la fileuse, le tonnelier, le montreur d'ours, la marchande de poissons, le brigand, Vincent le vannier, les poules, l'aveugle qui a perdu son fiston, la femme au choux et à l'ail, Mireille à la cruche, le boumian qui terrorise la contrée, la femme au châle, les moutons, le chien et les gadjos de service, Pistachié, Jiget et le Ràvi *. Tous se joignèrent au cortège. Même le vieux Jourdan et sa femme Margarido, qui d'ordinaire avaient du mal à sortir de sous les édredons, le vieux Roustido était là aussi. Tous firent une halte à la ferme de Benvengu pour se bourrer une nouvelle fois la gueule pour l'évènement. Le Boumian jeta même Pistachié, dans le puits. Finalement tous se mirent, dehors et dansant, en route vers la maternité sommairement improvisée par le papa Joseph, charpentier, d'un feu de poutre pour la Marie qui avait vu le loup divin. C'est donc là, qu'elle mît bas sur la paille entre Francis Lalanne et Franck Lebœuf.
L'histoire ne dit pas qui coupa le cordon.
 
Bon maintenant que tout ce petit monde est planté dans le décor de cette belle nuit étoilé, on est prêt à l'attendre, … Barbe blanche.
 
* liste non exhaustive, mais on va se limiter à ceux-là pour coller à la tradition.

Partager cet article

Repost 0
Published by La Brigade Geffroy - dans 2007
commenter cet article

commentaires