Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour '

  • : les z'élucubrations de la Brigade Geffroy
  • : Retrouve nos commentaires décalés mais sérieux sur les évènements du grand almanach, ... et un peu des nôtres, aussi.
  • Contact
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 21:36
Ça plombe un peu.
D'abord, faut en avoir envie, et toi, t'y en a une énOrme envie.
Ensuite, il faut bien choisir ta toilette.
Généralement, c'est une opération de camouflage. Tu te lèves pas comme ça pour rien !
 
Droit dans tes bottes, t'y penses depuis un bon bout de temps. Cette idée germe en toi. Ça te tenaille les entrailles, puis tu l'as tellement dans la tête que ça devient une obsession. Y'a pas d'alternatives. Faut y aller. C'est dans les trippes, tu l'as ou tu l'as pas. Et là, tu l'as !
 
Tout est prêt. Prêt à agir spontanément dans une phase, longuement répéter dans ta tête. C'est un moment solitaire que l'on n'a pas envie de partager. Seul face à son ton destin, tu avances à pas feutrés. Pas besoin de rameuter tout le patelin !
Tu progresses sans bruits, car l'effet de surprise a son importance. T'y es parti bien chargé, et l'envie d'alléger la cartouchière va te gagner car plus le temps passe, plus l'envie monte. Tu furettes en maîtrisant le moindre mouvement qui pourrait te faire perdre ta concentration.
Tu transpires.
Tu relèves ta lunette.
Ta respiration se cadence, un peu comme pour un accouchement. Mais c'est toi qui travaille, qui va te libérer
Tu te postes, tu vises. Ça y est, tu ajustes. La cible est en point de mire. Tu souffles lentement et sans bouger tu te remets en place.
- Souffle !
Soudain, Pan ! Pan !
Deux coups supers pausés, …, et manqués.
Des salves à blanc, c'est pour impressionner. Décidément l'âme humaine retrouve sa place dans le monde animal. Il est de nature bestiale de marquer son territoire, d'impressionner. Notre instinct dominant remonte à la surface.
Mais là, c'est le bon moment. Accroupi, tu respires un bon coup et te remets en apnée. Tu fermes un œil, souvent les deux ! Quelques gouttes de sueur perlent sur ton front. Le gibier sort du bois. Tout s'enchaîne. Seul face ton destin, le coup part. Et un bruit sourd te confirme la chute de ta prise. Une odeur d'humus empli la zone et tu te hâtes de vider le chargeur. Tu plies armes et bagages. Ici, t'y es cuit, démasqué, l'endroit est sinistré.
 
(quelques vers pour la pêche …)
En te redressant dans ce lieu aussi respectable,
il faut te tenir ici, comme tu te tiens à table,
et garder le bord de la lunette,
aussi propre que celui de ton assiette.
Si tu viens sans journal, ni paille,
lèche-toi les doigts, au lieu de salir la muraille.
Un courant d'onde pure épanchant l'autel fumant,
rendra à ce lieu solitaire tout son aspect accueillant.
 
Lâche de tes doigts crispés, la détente au bout de la chaîne.
Essaye-toi donc au contrepet, car il est plus facile de sauter de la chasse à la fête.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Brigade Geffroy - dans 2007
commenter cet article

commentaires

Les aristrochats 29/09/2007 22:39

Miaaaaou...

Bougrain Dubourg 27/09/2007 15:19

J'arrive aussi... gare à tes fesses !

La Brigade Geffroy 27/09/2007 22:23

Tu crois pas si bien dire ...