Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour '

  • : les z'élucubrations de la Brigade Geffroy
  • : Retrouve nos commentaires décalés mais sérieux sur les évènements du grand almanach, ... et un peu des nôtres, aussi.
  • Contact
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 00:07
Ils nous ont posé ça, le troisième dimanche de juin.
Dans certains pays, comme la France, elle n'a jamais été décrétée. Et le Pétain, il est passé où, là ? Remarque, lui les pères, il les laissait aux champs d'honneurs ou il les donnait à l'ennemi, c'est pour ça qu'il a fait son malin sur la fête des mères.

En tous cas, cet hommage aux papas nous vient peut-être d'outre atlantique. Un jour de début du 20ème siècle, en écoutant un sermon à la fête des mères, une pacouline de l'état de Mashewington, pensa à rendre une reconnaissance posthume au père qu'elle vénérait, et qu'elle avait perdu alors qu'elle était jeune. Ce fut donc à Spockane que fut célébré ce premier témoignage. Non, Spokane, c'est pas là où est né Spoke avec ses oreilles d'âne, non !  Les ricains apprécièrent cette idée, et la journée nationale vit le jour en 1924, juste avant les J.O. de Coubertin of Paris.

Et en France, pour pouvoir vendre ses briquets la société Flaminaire fit sa campagne publicitaire sur la création de cet évènement pour donner l'occasion d'offrir un beau briquet à papa, et c'est en 1952 en pleine année Olympique (Helsinki) que la première Fête des Pères fut instituée. Cependant, la Fête des pères n'a jamais été officialisée, comme le fut la Fête des mères, par un décret du Président de la République. C'est véritablement à partir de 1968, une autre année Olympique (Mexico), que les pères ont commencé à être fêtés tous les ans.

Etymologiquement, "père" nous vient du latin "pater" et désigne le père comme représentant de l'autorité, familiale ou religieuse. Nous, on s'arrêtera à la version familiale. Les archéologues linguistiques ont retrouvé le terme dans l'expression "Dieu le Père" ou même dans le nom de Jupiter considéré comme le père des vieux1 romains avec l'émythologie "Jupaterus" qui a donné "Ju-pater", littéralement le "Père des Dieux" et le cri qu'ils lançaient à leurs dames pour faire grimper le compteur vers les 13 bambins (jupes à terre). [souviens-toi dans "A ma mère"]

Mais comment nous, en bons provençaux que nous sommes, ne pouvons nous pas nous rapporter à l'œuvre que nous avons tous étudié à l'école (enfin ceux qui y sont allés !) et qui conte les souvenirs d'enfance de Marcel Pagnol, "la Gloire de mon Père".

Sache que d'après une étude du CNRS, aujourd’hui, les hommes consacreraient en moyenne 2 heures et 22 minutes par semaine aux tâches ménagères (courses, cuisine, vaisselle, linge, etc.), contre 2 heures et 11 minutes en 1985, soit un progrès  de 10 minutes en un peu plus de 20 ans (enfin, ça dépend dans quel sens on se place pour le progrès) ! C'est pas parce que tu débarrasses deux fois la table par semaine ou que tu rentres les courses, que t'as gagné ! Mais ça fait que 20% du taf. Et si on considère la bonne loi de Paretto par sa règle des 20-80, 20% des tâches ménagères effectuées par nous les hommes, représentent 80% de ceux que nous savons faire à la maison ! Ceci dit, nous avons d'autres dispositions, comme, aller chercher le pain, laver la voiture, nettoyer le garage, changer les ampoules, pianoter sur l'ordinateur, lire le journal, faire des trous à la perceuse, mettre un DvD, le regarder aussi, changer le papier des toilettes (non non, pas le papier-peint, le long ruban rose !), …

Statistiquement, le cadeau de prédilection, c'est la cravate. Ça tombe bien, je recommence à en faire un usage effréné. Augmentation de 35% des ventes pendant cette période de ce plastron qu'on se noue pour cacher les boutons de la chemise.

Selon le code des bonnes manières, dont je te recommande la précieuse lecture, et dont on oublie trop fréquemment les usages au quotidien, c'est le seul moment (avec la légion d'honneur) où tu peux offrir une rose rouge à un homme. Blanche, s'il t'a déjà quitté.

Notons toutefois cette délicate attention des petits Krisprolls envers leur père, qui pourrait donner de l'inspiration à ceux qui ne savent pas comment honorer le leur, ils leur apportent le petit déjeuner au lit.
À l'avenir, y'en a qui vont faire semblant de dormir !
 
Bonne fête à toi, papa.

Partager cet article

Repost 0
Published by La Brigade Geffroy - dans 2007
commenter cet article

commentaires

arnaud 19/06/2007 18:43

bon, on dit qu'on est encore dimanche, alors "bonne fete" Didier